Dernier jour !

Il en faut un ...  Lever aux aurores, l'étape sera longue, les dénivelés rebutants, les routes pas très sympas, trop de voitures et de camions, trop de pollution.  Et les pauses plus courtes : un horaire à respecter aujourd'hui.  A mi-parcours, traversée de la ville de Perouse, et ses feux rouges qui coupent régulièrement le peloton.

Gros stress pour se retrouver au moment de la pause-ravito, mais grâce à de gentils éclaireurs-signaleurs, nous nous retrouvons, tous les cyclistes, pour un dernier pique-nique au milieu d'un parking herbacé.  Christian, Hughette, Joelle, ainsi que Florence et Céline, nous ont rejoints.  Plus que 17 km à parcourir pour atteindre Assise.

Difficile de décrire ces moments magiques de retrouvailles.  L'aboutissement de cette semaine pour les marcheurs, projet porté par eux-mêmes depuis des mois.  L'arrivée en symbiose avec les cyclistes dans les derniers efforts.  Et aussi les arrivants de l'avion du matin.  Tous nous attendions l'arrivée de nos pédaleuses.

DSD_2536

Vous dire avec des mots l'émotion qui nous a envahis au moment où nous les avons vues déboucher au dernier virage de la dernière montée !  Des acclamations, des applaudissements, des embrassades, quelques larmes discrètes aussi.  Un accueil digne de l'arrivée d'un tour de France, que dis-je, un niveau largement supérieur.

Mr Libert nous avait préparé un petit discours très rassembleur, terminant par "Elles ne savaient pas que c'était impossible, alors elles l'ont fait" (Mark Twain), repris de Soeur Jacques : voilà que les mots du départ rejoignaient ceux de l'arrivée.

Par Skype, nous avons partagé toute cette émotion avec ceux du Foyer qui nous suivaient, ainsi qu'avec Soeur Jacques.  Ils étaient avec nous, leur présence nous accompagnait tout au long des jours, nous portait d'une certaine manière, je dirais même plus d'une manière certaine.

Cette magnifique aventure nous a tous enrichis, rassemblés, réunis dans un projet qui nous a finalement dépassés.

Merci à tous pour tout cela !

Isabelle